Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une première saison de récolte de sel pour les stagiaires de la formation BP REA saliculture

par Frédéric Miché 12 Septembre 2016, 08:03 Formations qualifiantes

Fin août 2016. Aux premiers contacts avec les stagiaires lors des visites de fin de stage et d’évaluation : « Alors, après ces huit semaines sur le terrain, comment vas-tu ? », les réponses sont unanimes : « Super content… », « Je suis heureux ! », « Très bien super ! »...

Pas de doute, cet été a été favorable aux apprentissages pour les stagiaires en formation BPREA saliculture portée par la chambre d’agriculture 44.Effectivement, les premières prises de gros sel ont eu lieu le 6 juillet sur l’île de Ré pour Morgan, et autour du 15 pour les autres stagiaires qui travaillent sur le bassin guérandais ou sur les marais du Mès, un mois et demi sans interruptions à 2 ou 3 jours près.

Chaque stagiaire arborait un large sourire près de sa récolte conséquente pour une première année sur le terrain. Les échanges sur l’analyse de la saison mettent vite en évidence que tout n’a pas été idyllique pendant cette période de formation. Les stagiaires font vite remonter les incertitudes des premières prises de sel, les inquiétudes, « Est-ce que c’est ma pratique, ou mon marais qui est responsable des premières prises sales ?... », Ou encore, pour certains les doutes sur les capacités physiques à tenir dans la longueur. Adrien, philosophe, reconnait que cette période de stage lui aura permis de faire des erreurs à moindre frais, « la gestion de l’eau ce n’est pas évident et il y a encore des choses à maitriser, on apprend de ses erreurs ».

Morgan, stagiaire de l’île de Ré  fier de sa récolte de fleur de sel

Morgan, stagiaire de l’île de Ré fier de sa récolte de fleur de sel

La plupart des stagiaires ont su profiter de ces semaines sur le terrain pour aller voir d’autres paludiers et comparer les différentes méthodes de production. Malgré le surcroît de travail généré par la période de production, et le stress de réaliser sa récolte, les maîtres de stage savent se rendre disponible pour suivre les premiers pas de leur stagiaire. Au cours des visites de stage, la complicité entre le maitre de stage et le stagiaire est perceptible. Le travail d’accompagnement, de soutien et la perspective de tuteurer son stagiaire créent des liens forts entre ces deux personnes.

L’objet de la visite de fin de stage est double. Dans un premier temps il s’agit avec le maitre de stage d’évaluer les compétences pratiques du stagiaire sur les travaux réalisés en hiver, sur les travaux de préparation des salines et sur la récolte. Dans un second temps, le stagiaire doit analyser sa saline, analyser sa pratique et les paramètres qu’il a dû relever tout au long de la période de production, en insistant sur des régulations qu’il a été amené à réaliser pour pallier des dysfonctionnements de sa saline ou améliorer certains points d’organisation.

L’année de formation est une année particulière qui au-delà des objectifs de production qui doivent être atteints, doit permettre d’observer et d’analyser sa pratique, et de mener une réflexion et une analyse sur le métier qu’il souhaite intégrer à l’issue de la formation.

La conclusion quasi-unanime est « l’année prochaine sera une autre aventure avec beaucoup plus d’œillets à gérer, et des saisonniers à former… ».

Valérick PAIN et son stagiaire Adrien BRUAND

Valérick PAIN et son stagiaire Adrien BRUAND

commentaires

Haut de page