Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paludier, métier passion !

par Frédéric Miché 5 Mars 2015, 07:58

Demain, 6 mars 2015, une porte ouverte est proposée aux futurs candidats au Centre de formation de l’espace Garlahy à La Turballe. C’est le moment de faire un flash sur le métier de paludier, un métier passion en prise directe avec la nature !

Le paludier sur le bassin guérandais ou le saunier au sud de la Loire (le nom est différent selon les bassins de production) est bien un producteur au cœur de l’écosystème. Des siècles de travail de l’argile ont permis de façonner un paysage étonnant dans lequel des espèces ont trouvé un merveilleux biotope pour leur développement. Le paludier est un producteur qui s’adapte à deux cycles naturels, celui des saisons et celui des marées. Entre deux mondes, cet agriculteur aurait pu être aquaculteur !

La première image qui illustre le métier du paludier est celle des salines en production. L’été, le chapeau, le bruissement du sel qui roule sous la maille du las, c’est une image idyllique où le silence et la sérénité remplissent l’atmosphère. Venez l’hiver, les conditions sont plus rudes. Parfois seuls, ils travaillent dans l’humidité sous un ciel bas et lourd. C’est aussi la période des équipes pour réaliser les travaux plus conséquents, le temps des échanges.

Le groupe saliculture sur le terrain lors du module de formation à la biodiversité.

Le groupe saliculture sur le terrain lors du module de formation à la biodiversité.

Laurent, paludier guérandais, confirme que c’est bien un métier « passion en prise directe avec la nature ». Ce sont sans doute les principaux arguments des nombreux candidats qui postulent chaque année à la formation de saliculteur proposée par la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique. Aujourd’hui, les stagiaires sont originaires des différents bassins de production du littoral atlantique (Oléron, Ré, Noirmoutier, le marais Breton et Guérande).

Comme le dit Marie-Thérèse, paludière sur Guérande, « être paludier aujourd’hui, ce n’est pas seulement savoir tirer du sel ». C’est pourquoi la formation propose des acquisitions de savoir-faire par transmission directe avec des producteurs, mais également une formation concrète sur la place des professionnels dans leur environnement socio-professionnel. La formation se déroule sur onze mois et prépare à un Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (BPREA). L’année de formation se déroule pour une part à La Turballe, à proximité des marais salants de Guérande, ce qui favorise la rencontre avec différents professionnels. Le planning de formation a été organisé également pour qu’un certain nombre de modules de formation de la période de printemps soient décentralisés et être mise en œuvre au plus près des apprenants des sites distants (Ré, Noirmoutier, marais breton…).

commentaires

Haut de page